Jours blancs dans les marais salants.

De l'eau de mer au sel de Guérande… on peut penser que tout se fait tout seul, que le paludier n'a qu'à s'occuper des débits des étiers et récolter le sel en fin de journée.

Mais non c'est un métier pénible, physique, soumis aux aléas d'une météo qui remet constamment son travail en question.
De la mer à la saline, en passant par la vasière, au bout de la chaîne des eaux : l’œillet, le "Saint des Saints" ; les paludiers le nomme "l'assiette du client". Interdiction de s'en approcher pour autre chose que le travail et la récolte des précieux cristaux blancs.

Rien ne remplacera une promenade sur le marais.
En ces jours blancs d'été… Il ne vous manquera que le vent, l'atmosphère iodée, aussi les embruns et parfois même les odeurs lourdes…
Mais ici, attention, tout est fragile parce que tout est argile.

Sunrise

Petits matins dans une ambiance rude et "fraîche" de moyenne et haute montagne…

Quand, dans la nuit, les bruits de la “quincaillerie“ et le cliquetis des mousquetons ont quitté les refuges…

Quand l’euphorie vous mène vers des sommets inconnus avec ses questionnements, ses angoisses, son adrénaline, et ses joies ultimes…

 

… Toute la dimension des cimes s’éclaire.